Recommandé
énergies fossiles
   
Eneco Holding SA
electricitégaz
logo footer

Notre avis

Eneco reçoit d’une part une note élevée puisqu’il opte résolument pour l’énergie renouvelable au sein de l’Europe mais de l’autre, nous lui donnons un badge fossile car ses nouveaux actionnaires continuent à investir dans de nouvelles centrales au charbon et dans l’énergie nucléaire en Asie du sud-est. Depuis sa reprise en novembre 2019, Eneco est en effet entre les mains de Mitsubishi et de Chubu. Malgré les bonnes résolutions d’Eneco de poursuivre sur la voie du renouvelable au sein de l’Europe, il existe sur le plus long terme le risque que des moyens financiers du producteur d’électricité soient utilisés pour des investissements dans des sources d'énergies polluantes.

Eneco

Eneco est le plus grand producteur d’électricité à avoir opté à pour une transition vers 100% d’énergies renouvelables. En juillet 2017, Eneco a racheté le portefeuille clients d’Eni Belgium, ce qui lui a rapporté 800.000 nouveaux clients, faisant de lui le troisième acteur sur le marché belge. Vu sa taille, Eneco contribue largement à la transition énergétique. 

En novembre 2019, Eneco a été repris par Mitsubishi et Chubu. Ces deux entreprises japonaises continuent à investir dans de nouvelles centrales au charbon et dans l’énergie nucléaire en Asie du sud-est. Eneco a fait savoir qu’il souhaite poursuivre sur la voie de la durabilité et son rachat peut à court terme avoir un impact positif sur ses investissements. Il existe cependant un risque que Chubu et Mitsubishi utilisent à plus long terme les revenus d’Eneco pour les investir dans le charbon et le nucléaire. Plus d’information ici.

Electricité fournie : ?

Eneco produit elle-même la majeure partie de l’électricité fournie, à l’aide d’éoliennes (40 % du volume total), mais aussi de centrales au gaz. Nous tenons également compte de ses achats effectués aux Pays-Bas, son principal marché.

Investissements : ?

Ces dernières années, Eneco a mis en service des panneaux solaires et des éoliennes pour une capacité de plus de 300 MW. Aucun autre fournisseur présent sur le marché belge, à l’exception du géant énergétique allemand RWE, n’a fait mieux. Ses investissements prévus pour 2018-2019 n’ont atteint que la moitié des investissements de 2017-2018, en partie à cause d’un investissement retardé dans un projet d’éoliennes. En 2019, cet investissement dans le parc éolien Seamade avance correctement et Eneco augmente à nouveau son score d’investissement. Pour cette partie, nous retenons uniquement les investissements réalisés au sein de l’Europe.

Mix sur la facture : ?

Cette année encore, l’acquisition du portefeuille de clients d’ENI a eu un impact majeur sur le mix indiqué sur les factures d’Eneco. Environ 27 % sont toujours constitués par des contrats « gris » contenant du charbon et de l’énergie nucléaire. Les autres contrats verts concernent principalement de l’énergie éolienne et solaire.